Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

Deux cent cinquante et troisième nouvelle

 

LA GENTILLE ORFÈVRE

 

Quand une mère a trahi son devoir, qu’elle a mené la conduite d’une coquette, la vue de ses enfants, et surtout de ses filles, est un reproche ; il faut ou qu’elle les éloigne, ou qu’elle rougisse devant elles, ou qu’elle les corrompe. Et malheureusement le plus souvent elle préfère ce dernier parti. 

*

                  Il y avait à Paris, au milieu de l’une des rues qui débouchent dans celle Saint-Honoré, une femme de marchand orfèvre qui était une des plus jolies personnes de son sexe. Son mari était aussi un fort joli homme ; ils s’étaient épousés par inclination et ils s’aimaient tendrement. Jamais il n’y eut de ménage plus uni que le leur dans les commencements. Tesaumenu adorait sa femme, il trouvait tous ses plaisirs avec elle ; de son côté, la belle orfèvre ne voyait aucun homme qu’elle eût préféré à son mari, et elle mettait tout son bonheur dans le soin de sa maison.

              Quelques années s’écoulèrent dans cette situation heureuse, pendant lesquelles Mme Tesaumenu donna une fille à son mari. Ce fut peu de temps après son rétablissement qu’un jour qu’elle était debout sur sa porte, mise avec la plus élégante propreté, chaussée en blanc de la manière la plus voluptueuse, un homme assez mal en ordre la regarda attentivement. Il entra dans une allée vis-à-vis, et de là, il considérait la jolie orfèvre avec une sorte d’enthousiasme. Elle ne s’en apercevait pas néanmoins. Ce fut une fruitière qui alla lui dire : « Madame, il y a dans mon allée un homme qui vous examine avec une attention singulière ! Il n’a pas trop bonne mine, et je ne sais ce que cela veut dire ! » Mme Tesaumenu avança la tête et vit effectivement l’homme, qui avait les yeux fixés sur son pied, que la position sur un tabouret mettait fort à découvert. Elle le retira, et l’homme en parut consterné. Enfin, comme il restait toujours, elle rentra dans son arrière-boutique, dont elle tira les rideaux.

                  Le lendemain, à la même heure que la veille, elle vit encore son admirateur qui l’examinait avec admiration. Son mari venait de rentrer ; elle l’appela pour lui faire remarquer l’homme qui, dès qu’il aperçut Tesaumenu, continua son chemin et ne reparut plus de la soirée. Mais il revint le jour suivant, et tous les autres, pendant une quinzaine. Mme Tesaumenu s’y accoutumait, lorsqu’un soir elle aperçut devant elle une lettre sans cachet, qu’on y avait mise apparemment tandis qu’elle avait les yeux fixés ailleurs. Elle la prit, et lut avec surprise ce que voici :

                  L’homme que vous voyez tous les soirs, Madame, et qui vous paie le tribut d’adoration que vous méritez, ose enfin vous exprimer ses sentiments. Non qu’il en attende du retour, il ne le prétend, ni même ne le désire. Mais sentir vivement sans le dire ou l’écrire au moins, est un tourment qu’il ne saurait plus supporter. Vous êtes adorable. Il n’est rien dans la nature de si charmant que vous. Mais de tous vos charmes, le plus puissant sur mon cœur, c’est l’amour que vous paraissez avoir pour votre mari. C’est un procédé si rare à Paris qu’il vous rend à mes yeux une divinité. Je ne prétends donc pas vous faire perdre un si grand mérite, mais je voudrais le récompenser. J’ai trente mille livres de rentes ; je mettrais ma félicité à faire prospérer l’établissement de deux jeunes gens qui m’intéressent autant que vous, Madame et M. votre mari. Demain, à la même heure, je me présenterai chez vous, pour m’expliquer, avec des détails que je ne veux pas confier au papier. Cependant, soyez d’avance bien persuadée que je veux autant votre honneur que votre bonheur. Je suis avec les sentiments distingués que vous méritez, Madame,

Votre humble et très obéissant serviteur,

De Brelantone, a.-c.-d.-D.-a. r.-d.-A.

 

p. 3569-3570

Suite…pages suivantes ou Gallica, vol. 23

Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne

Les Contemporaines ou Aventures des plus jolies femmes de l’âge présent

Édition critique par Pierre Testud

Paris : Honoré Champion. Tome VI. Nouvelles 135-167

Publié le 26 juillet 2018