Le drame conjugal dans l’œuvre de Rétif de La Bretonne : désastre intime, enjeux politiques / Clermont-Ferrand – juin 2012

moyen_affiche_version__pdf_logos_25_05_2012_colloque_drame_conjugal_chez_retif_definitif_2Dans l’expérience douloureuse de son mariage conflictuel avec Agnès Lebègue et des déboires matrimoniaux de sa fille aînée, Rétif a puisé la conviction de l’importance de la question matrimoniale et de l’urgence d’une réforme permettant d’éviter les abus et le malheur des conjoints. Cette question, importante dans la pensée des Lumières, est particulièrement brûlante et sensible chez Rétif, dont l’œuvre nous incite à mettre en perspective substrat anthropologique et autobiographique, topiques narratives ou dramatiques et élaboration théorique et réformatrice. La problématique conjugale constitue ainsi un biais privilégié pour interroger dans sa globalité l’œuvre du célèbre polygraphe tout en attirant l’attention sur des ouvrages moins étudiés jusqu’ici tels Les Gynographes, un projets de réforme publié en 1777, La Femme infidèle (1786) et Ingénue Saxancour (1789), deux récits d’inspiration autobiographique, des recueils de nouvelles comme Les Contemporaines (1780-1785) ou la section du Palais-Royal intitulée « Les Converseuses » et des drames comme Le Libertin fixé (1790)...

Les actes de ce colloque organisé conjointement par l’équipe « Lumières et romantismes » du CELIS et par la Société Rétif de La Bretonne ont été publiés dans le numéro 44 des Etudes rétiviennes.