Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

Deux cent quinzième nouvelle LA CONSEILLÈRE OU LA FEMME DÉVOTE Entre deux choses que l’éditeur de ces nouvelles désapprouve également dans les femmes, la science ou la philosophie, et la dévotion affectée, il laisse au sage lecteur à se déterminer lui-même par les faits. On vient de lire la nouvelle intitulée, La Présidente ou la femme […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

Deux cent quatorzième nouvelle V. Les Femmes de robe VI. Les Femmes de judicature LA PRÉSIDENTE OU LA FEMME PHILOSOPHE L’ordre suivi dans ces volumes est plus souvent celui des convenances que de l’importance dans la société.  Les premiers magistrats vont de pair avec les ducs, et les seconds, avec les autres nobles titrés. Mais […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

Deux cent vingt-quatrième nouvelle   LA BELLE NOTAIRE OU L’AMOUR MORAL M. le comte de Buffon dit de l’amour, qu’il n’y a que le physique de bon, et que le moral n’en vaut rien. Je ne contredis jamais les grands hommes (J.-J. R. excepté) ; j’honore tous les chefs de notre littérature, comme un bon soldat respecte ses […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

Deux cent vingt-troisième nouvelle   LA BELLE COMMISSAIRE OU L’AMOUR PHYSIQUE Dans notre siècle, et depuis une longue suite d’années, il règne une opinion qui mériterait bien la discussion des philosophes ! Être un libertin, avoir de mauvaises mœurs, c’est dire des paroles sales, se livrer à l’amour physique, rechercher les occasions de le faire partager, […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

  Deux cent trente-septième nouvelle XIII. Les Femmes de la médecine LA FEMME DE MÉDECIN OU LE BAIN PARTICULIER De toutes les qualités  extérieures qui peuvent rendre une femme aimable, la propreté est la première ; et tel est son pouvoir qu’elle rend désirable la laideur même. Mais il ne suffit pas de cette propreté extérieure, […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

  Cent quatre-vingt huitième nouvelle   LES VEUVES CONTENTES/FÂCHÉES DE L’ÊTRE 1.LA  BELLE VINAIGRIÈRE – 2. ET LA CIRIÈRE – 3. JOLIE PEAUSSIÈRE-CORROYEUSE – 4. JOLIE DÉCOUPEUSE, ETC., ETC., ETC., LES AUTRES SONT ENCORE À NAÎTRE   Treize femmes, veuves toutes les treize, se trouvèrent un jour, pour leurs petites affaires, à l’hôtel du lieutenant-civil. […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

Cent soixante-douzième nouvelle   LES FEMMES QUI RUINENT LEURS MARIS LA BELLE MARCHANDE DE BOIS—LA BELLE GRANDE CHARBONNIÈRE—LA JOLIE TUILIÈRE-ARDOISIÈRE— LA BELLE HÔTELIÈRE— LA JOLIE LAINIÈRE— LA BELLE BLATIÈRE— LA BELLE OISELIÈRE— LA BELLE INTENDANTE DE MAISON     Le luxe, l’incapacité, l’insubordination, la coquetterie, les caprices, l’entêtement, et souvent la méchanceté de certaines femmes […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

  Deux cent cinquante-troisième nouvelle   L’ENTREMETTEUSE POUR PLUS D’UNE AFFAIRE OU L’EMPLOI DE 366 MILLE LIVRES DE RENTES   Lettre à l’éditeur des Contemporaines Monsieur, Tout le monde sait que l’intrigue devient une passion très vive dans les femmes, lorsqu’une fois elles en ont pris le goût dangereux. Elles ne sont pas délicates sur […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

  Cent soixante-quatorzième nouvelle   LES JOLIES FEMMES HAÏES DE LEURS MARIS LA JOLIE LOTERIÈRE—LA BELLE POÊLIÈRE-CHAUDRONNIÈRE—LA JOLIE ARQUEBUSIÈRE-POTIÈRE D’ÉTAIN—LA BELLE TAILLE-DOUCIÈRE     C’est l’inconsidération des jeunes hommes et des jeunes filles en se mariant qui occasionne les unions mal assorties. C’est le peu d’art qu’ont les femmes, qui fait que les maris se […]

Les Contemporaines : des débuts d’histoires (suite)

  Cent soixantième nouvelle   LA JOLIE BROCHEUSE     Une fille de famille honnête, et d’une assez jolie figure, était prête de s’établir avantageusement avec un libraire, lorsqu’une dartre qui lui survint au visage éloigna son amant et la réduisit à la nécessité de brocher des livres. Comme elle était destinée à la librairie […]